Témoignage de Préscillia COLAS

septembre 20, 2016

Témoignage de mes années à la Maison Familiale
de l’Oudon à Craon

« Je m’appelle COLAS Préscillia et quand je suis rentrée à la Maison Familiale à 15 ans. J’ai effectué un Baccalauréat Professionnel Services Aux Personnes et Aux Territoires (SAPAT).
Au début, je ne m’y plaisais pas et je voulais arrêter pour faire une autre formation. Je n’aimais pas l’internat, je ne m’y sentais pas bien. Mais au fur et à mesure que l’année de seconde avançait, je me rendais compte que l’internat permettait de partager d’autres moments, des échanges entre nous et les formateurs. Les stages que j’effectuais étaient intéressants et m’apportaient beaucoup dans ma vie.
Lorsque que je suis rentrée en première, je commençais à apprécier ma formation et je continuais mes stages auprès des enfants. Mais, j’ai du effectuer un stage auprès de personnes âgées. Lorsque j’ai effectué mon stage en maison de retraite, cela à tout changer.
Là, j’ai trouvé ma voie professionnelle. Je voulais devenir Aide-Soignante.
La formation continuait et nous sommes partis en voyage en Hongrie pendant trois semaines. Ce fut un voyage que je n’oublierai jamais, il était tellement bien, nous avons créé des liens que en France nous n’avions pas. J’ai effectué un stage en Hongrie auprès des personnes âgées. Cela confirmait toujours mon souhait de devenir Aide-Soignante.
Puis, j’ai passé le CAP Petite Enfance parce que je ne voulais pas passer le BAFA et je ne voulais pas me diriger vers l’animation.
J’ai passé mon CAP Petite Enfance et mon BEPA Services Aux Personnes et je l’ai es obtenus.
Ensuite, je suis passée en Terminale, et là, mon projet continuait d’avancer. Je me suis inscrite pour passer un concours d’Aide-Soignante, mais malheureusement je ne l’ai pas eu.
Puis, l’année du Baccalauréat fut assez intense, j’avais peur de ne pas l’avoir.
J’ai révisé, relu, mais je me suis aussi donnée du temps pour me détendre, parce que c’est important de se reposer un peu. Puis, le jour du Baccalauréat venu, je stressais beaucoup, pour moi j’avais raté mes épreuves.
Le jour des résultats, je n’y croyais pas, j’étais admise, donc c’était formidable. J’étais tellement heureuse d’avoir pu concrétiser tous les efforts que j’avais faits pendant les trois ans de la formation.
La Maison Familiale m’a beaucoup apporté, elle m’a permis de prendre confiance en moi, de me sentir plus à l’aise à l’oral, de trouver ma voie professionnelle.

J’ai commencé à travailler en maison de retraite fin août 2014, pendant un peu plus d’un an, dans la même structure. Pendant ce temps, je me suis préparée au concours d’Aide-Soignante. Tout en continuant en tant qu’Agent des Services Hospitaliers. Je me rendais compte que je ne voulais être qu’Aide-Soignante, j’aimais vraiment le côté relationnel du métier. J’effectuais quand même des toilettes, des levés, des couchés,… Puis, j’ai passé deux concours d’Aide-Soignante, un à Château-Gontier et un à Ancenis. Le jour des résultats d’Ancenis, j’ai vu que je n’étais pas inscrite sur la liste des candidats admis ni-même sur la liste d’attente. Donc, je me suis remise en question ‘pourquoi n’as-tu pas réussi ce concours, tu t’es préparé pourtant’. J’étais effondrée. Mais, quelques jours plus tard, je me suis dit ‘ne baisse pas les bras, la prochaine fois tu vas y arriver’. Quelques temps après, c’était le jour des résultats de Château-Gontier, je n’y croyais pas du tout en ce concours, mais je me suis quand même déplacée pour voir. Quand j’ai vu mon nom nom sur la liste des admis, j’étais trop heureuse. J’avais été prise directement, je n’étais même pas sur la liste d’attente, je savais que je pouvais dire oui pour ma place tout de suite et que c’était bon.

J’ai effectué mon année de formation d’aide-soignante en partiel parce que j’avais le Baccalauréat SAPAT. Je n’avais que 4 modules sur les 8 à passer. Tout au long de l’année, ce fut très intense et stressant, mais les stages étaient bien, cela m’a permis de voir le milieu hospitalier et d’autres milieux aussi. Cela ne m’a confirmé que je voulais travailler auprès des personnes âgées.
A la fin de la formation, j’avais validé tous les modules qui me manquaient, j’attendais la délibération des jury qui était le 13 juillet 2016 et j’ai été affichée sur la liste des élèves admis en tant qu’aide-soignant.
Et là je me suis dit ça y est ton projet est abouti, tes efforts ont payé.

J’ai 20 ans et maintenant je suis aide-soignante, je travaille en tant que remplaçante dans une maison de retraite depuis que je suis officiellement Aide-Soignante (13 juillet 2016).

Ce n’est pas parce que l’on échoue que l’’on y arrivera jamais, échouer et se relever ça veut dire, que l’on est fort et que l’on se bat pour obtenir ce que l’on souhaite.

Si je n’avais pas été à la Maison Familiale, que serais-je devenue aujourd’hui ? »